×

243.BA Internet et robotique

(243.BA Technologie de l’électronique)

  • CHEMINEMENT : Technique
  • INTÉRÊT : Sciences
  • Durée : 3 ans
  • NOMBRE D’HEURES : 2685
  • ADMISSION : Automne

Possibilité d’alternance travail-études

Conditions d’admission

Répondre aux conditions générales d’admission.
Réussite des cours suivants :

  • TS ou CST de la 5e secondaire ou SN de la 4e secondaire.
  • ST ou ATS de la 4e secondaire.

Nouvelles

image Retour sur VST 2018 : un succès grandissant!

Le 16 mai dernier avait lieu la quatrième édition de l’événement Vivre la science et les technologies, sous le thème « À Saint-Laurent, on...

image Quatrième édition du salon Vivre la science et les technologies

Pour sa quatrième édition, le Salon « Vivre la science et les technologies! » sera sous le thème de l’intelligence artificielle ! Le salon...

Programme en bref

Le programme Internet et robotique vise à former des technologues en systèmes robotisés, en systèmes de communication de l’information et en systèmes d’objets connectés. Pour ce faire, l’étudiant ou l’étudiante développera ses compétences dans cinq domaines : l’électronique, les télécommunications, la réseautique, la programmation et les serveurs informatiques. Les technologues formés au cégep de Saint-Laurent contribuent au développement du monde d’aujourd’hui et de demain.

Ce programme est fait pour vous si:

  • une formation axée sur la pratique et l’apprentissage collaboratif;
  • faire partie d’un groupe d’étudiants et d’étudiantes pour lequel apprentissage rime avec plaisir;
  • étudier dans un domaine d’avenir, branché sur la réalité du marché du travail;
  • contribuer au développement des technologies liées à Internet;
  • travailler à révolutionner le monde et à créer celui de demain;
  • poursuivre des études pour devenir ingénieur ou ingénieure avec une solide formation technique;
  • avoir un emploi de technologue, bien rémunérer, dans un domaine lié aux technologies de pointe.
  • En réseautique, l’académie Cisco du collège est la plus active et la mieux équipée du Québec.
  • En automatisation et programmation, nous sommes la seule académie LabView du Québec.
  • En télécommunications, un laboratoire de transport par fibre optique parmi les mieux équipés.
  • En électronique, des laboratoires à la fine pointe de la technologie.
  • Le seul programme collégial ayant un laboratoire dédié à la formation collaborative.
  • Le seul programme collégial abordant autant les domaines liés à l’électronique qu’à l’informatique.
  • La possibilité de faires des stages rémunérés (ATE) et des stages internationaux.

Galerie

Diplômés

En mission autour du monde…

Après ses études en Sciences de la nature, Stéphane est venu étudier au cégep de Saint-Laurent en Technologue de l’électronique.

Il a commencé sa carrière en gagnant un prix au concours des Jeunes Inventeurs du Québec pour son appareil de contrôle dans le domaine des effets spéciaux au cinéma. Puis il a développé les fameuses serrures à cartes magnétiques utilisées dans les grands hôtels. Il est ensuite retourné à ses premières amours en concevant le premier appareil électronique certifié en Amérique du Nord pour la mise à feu des pièces pyrotechniques pour le domaine théâtral et cinématographique.

Il a eu la chance de travailler sur de nombreux véhicules, tant en Amérique qu’en Europe : des avions de surveillance militaires aux hélicoptères Bell, en passant par les Boeing 747. Il a aussi développé un système de guidage automatisé pour des véhicules miniers et contribué au développement de leurs systèmes de téléopération et d’autochargement.

Les studios de télévision!

Après avoir reçu son diplôme, Yvon est allé travailler comme technologue en électronique à TVA. Il a pris de l’expérience pendant plusieurs années, puis a décidé de profiter du virage numérique pour réorienter sa carrière, tout en restant dans le monde de la télévision. Il a participé à la création d’une nouvelle station de télévision et de nouveaux studios de télévision, participé à la conception de systèmes de mise en ondes, de systèmes de transmission haute définition et par Internet.

Mes trois années au cégep de Saint-Laurent ont sans contredit été les plus bénéfiques pour mon épanouissement personnel et professionnel. Étant une personne dynamique, très exigeante envers moi-même ainsi qu’envers la vie, mon diplôme en Télécommunications me permet aujourd’hui de travailler dans un domaine qui est tout sauf routinier, où je peux exprimer mon plein potentiel, relever des défis de taille, continuer d’apprendre, et ce, dans les meilleures conditions de travail disponibles dans le monde d’aujourd’hui.

Apprendre au cégep de St-Laurent aura été mon expérience la plus enrichissante, car Saint-Laurent, c’est sont des enseignants et enseignantes qualifiés qui ont à cœur le succès des étudiants et étudiantes, et qui tirent le meilleur de chacun.

Je ne garde en mémoire que de bons souvenirs de mon passage au collégial, de ce climat de camaraderie avec les autres étudiants et étudiantes, du programme sport-études auquel j’ai participé et qui m’a permis de vivre une expérience de hockey vraiment exceptionnelle et inoubliable, du programme de bourse soulignant l’excellence scolaire, qui m’a rendu la vie plus facile financièrement durant ces trois années.

Dans l’équipe de Céline

Chargé de projet et dessinateur-concepteur par ordinateur pour Scène Éthique inc. Conception, dessin et suivi de projets fabriqués en atelier. L’entreprise se spécialise principalement dans la réalisation sur mesure d’éléments destinés au milieu de la scène : élévateurs, structures, gradins, mécanismes et décors. Les fabrications doivent répondre aux différents codes d’ingénierie et de bâtiment selon le pays dans lequel elles sont livrées. Je représente régulièrement l’entreprise quand vient le temps de superviser les montages sur les lieux de leur installation.

Mon expérience m’a progressivement amené sur différentes tournées telles que celles de Roch Voisine (Europe, Canada), Céline Dion (Europe, Asie, Amérique du Nord), André Rieu (Europe, États-Unis), ainsi que celles de nombreux événements se produisant à Montréal: Festival Juste pour rire, gala des prix Gémeaux, gala de l’Adisq, International Tatoo (Halifax)…

Ma principale occupation, soit la tournée de Céline Dion m’a permis de voyager et de m’enrichir dans plus de 20 pays du monde et de me familiariser avec les différents systèmes et codes électriques ainsi qu’avec les nombreuses organisations et approches de travail que j’ai pu rencontrer tout au long de cet engagement.

Mon mandat chez Solotech m’a aussi amené à mettre sur pied et à prendre en charge différents projets (du dessin préliminaire jusqu’à la réalisation et la production), à diriger des équipes ou encore à donner de la formation à différents groupes de personnes

Dans le monde des espions

Après avoir obtenu son diplôme de technologue en télécommunications, François a travaillé au Casino de Montréal. Par la suite il a été engagé par la Gendarmerie Royale du Canada.  Pour pouvoir déjouer et répondre aux menaces qui pèsent sur notre société, la GRC et ses partenaires policiers ont besoin de renseignements exacts et opportuns sur les activités, les individus et les groupes criminels.  On vous laissera deviner ce que la GRC demande à un technicien en télécommunications !

Avant même la fin de nos études, plusieurs d’entre nous avaient un travail assuré. Dans mon cas, je n’avais pas cherché. Une personne des ressources humaines de Bell Canada était même venue directement à l’école pour recruter de nouveaux employés. À ce moment, je n’avais même pas laissé mon nom, car j’avais des cours d’été à terminer et je n’avais pas le temps de songer au travail tout de suite.

Lorsque j’ai complété mes cours, j’ai communiqué avec une amie qui avait été embauchée chez Bell. Elle m’a dit qu’ils cherchaient encore des gens. Depuis le 18 septembre 2000, je suis donc à l’emploi de Bell Canada. C’est une chance que j’ai de travailler dans un poste multifonction. Chaque jour est différent. D’une simple commande de routine à un rapport d’abonné en passant par le bris d’une fibre ou par une panne de courant, mes journées ne sont jamais les mêmes et j’en apprends chaque jour. Je suis une privilégiée d’avoir pu commencer en touchant un peu à tout.

La haute technologie

Après avoir terminé ses études de technicien, Laurent est entré à l’École Polytechnique pour obtenir son diplôme d’ingénieur.

C’est un ingénieur d’une rare polyvalence: il peut aussi bien optimiser un logiciel que concevoir un circuit numérique. À l’aise en analogique, circuits d’alimentation, logiciels de contrôle ou conception de circuits intégrés à application spécifique, il peut piloter un projet de conception de la prise électrique jusqu’au logiciel d’opération! Et, fait encore plus rare, il excelle dans chacun de ces domaines.

Si vous voyez passer la Station Spatiale Internationale, considérez qu’il a travaillé à la conception et à la mise en fonction de la machine qui en a inspecté les soudures ! Les machines de visions artificielles qu’il a contribué à réaliser ont inspecté des milliards de points de contact électroniques et sont fabriqués sur au moins trois continents. Son domaine, c’est la fine pointe de la technologie.  Il a participé à la conception de caméras permettant de prendre des milliers d’images par seconde.

Chez les Robots

Son choix de projet était révélateur. En effet, il a choisi d’améliorer les performances de notre plus gros bras robotisé.
Par la suite, il est allé à l’École de technologie supérieure (ETS) pour obtenir son diplôme en génie électrique. Pas encore rassasié de savoir, il a poursuivi ses études en faisant une maîtrise en génie électrique (Robotique – Informatique – Intelligence artificielle) au laboratoire de recherche Laborius de l’Université de Sherbrooke.
Il n’a pas eu le temps de terminer ce diplôme qu’il entreprenait rapidement un doctorat, toujours à propos des robots mobiles.
Parce qu’il a étudié en électronique au cégep de Saint-Laurent et au niveau universitaire à l’ÉTS, Carle a bénéficié de programmes coopératifs d’Alternance Travail-Études. Cela lui a permis de faire des stages rémunérés en avionique, en électronique d’édition vidéo, en conception pour la capture de mouvements pour les arts de la scène, en développement de logiciels et en programmation de circuits intégrés à application spécifique.

Au centre de surveillance des réseaux

Tout a commencé l’année où j’ai dû prendre une des décisions les plus importantes de ma vie, c’est-à-dire choisir un métier que j’allais aimer et que je voudrais faire une partie de ma vie. Que faire ? Ma passion était la musique mais plusieurs ont tenté de me décourager à cause du manque de débouchés. Puisque la musique prenait toute la place dans ma vie, j’ai choisi d’appliquer dans les cégeps dans cette discipline.
Je vivais au Saguenay lorsque j’ai reçu mes trois acceptations dans 2 cégeps et un conservatoire. J’ai choisi le cégep de Saint-Laurent. Ces deux années ont passé très vite et je devais prendre une autre décision. Aller à l’université ou faire un autre DEC ? Je suis allée voir un conseiller en orientation pour connaître mes intérêts et les divers programmes offerts. Il m’a conseillé d’aller en loisir, mais je n’y voyais aucun intérêt pour moi. Par contre, lorsqu’il m’a parlé de ce que j’allais apprendre en électronique, j’ai “tripé”.
J’ai donc commencé ma technique et je savais que j’étais à la bonne place. Étant une fille manuelle, monter des circuits était très facile pour moi. D’un autre côté, cette technique est très difficile et il m’a fallu travailler très fort dans la matière. Mes efforts ont été bien récompensés, car j’ai obtenu mon DEC.
Un mois avant la fin du DEC, un représentant de Bell Canada est venu embaucher directement au cégep. J’ai donc appliqué immédiatement et une semaine après, je savais que j’étais embauchée. J’ai travaillé et je travaille encore sur de la technologie récente et en constante évolution. Je surveille le réseau téléphonique du côté large bande par le biais d’ordinateurs et, lorsqu’il y a des alarmes, je m’occupe d’envoyer quelqu’un sur place pour régler le problème.

En savoir plus

  • rendre l’étudiant compétent dans l’exercice de sa profession;
  • favoriser son intégration à la vie professionnelle et au marché du travail;
  • développer ses capacités d’évolution et d’adaptation technique et interpersonnelle;
  • assurer une formation technique polyvalente;
  • acquérir une excellente connaissance de la langue française parlée et écrite et une maîtrise suffisante de la langue anglaise parlée et écrite;
  • développer une pensée rationnelle, rigoureuse et critique;
  • susciter l’intérêt de prendre en charge sa condition physique de façon autonome et responsable.

Milieux de travail

Un diplôme d’études collégiales en technologie de l’électronique favorise l’accès à toute une panoplie de professions.

Les diplômés de la voie de spécialisation Télécommunication obtiennent des emplois dans:

  • l’industrie manufacturière
  • les entreprises de radiodiffusion de radiocommunication et de téléphonie (avec ou sans fil)
  • les compagnies de systèmes de protection
  • certains organismes gouvernementaux
  • les services de renseignements
  • les hôpitaux
  • les banques
  • l’industrie du spectacle
  • les chaînes de télévision ainsi que plusieurs entreprises possédant les réseaux de télécommunication

Les techniciens en électronique peuvent fabriquer, installer, vérifier, entretenir, ajuster et gérer des systèmes ou encore de grands réseaux de télécommunication.

Ils peuvent également concevoir, modifier ou produire des appareils ou des systèmes de télécommunication de même qu’effectuer des tâches de représentation ou d’assistance à la clientèle.

La place de plus en plus importante occupée par les technologies de l’information, tant dans la vie professionnelle que personnelle, intensifie la demande pour les diplômés de ce programme.

Par ailleurs, le renouvellement de la main-d’œuvre dans le secteur des hautes technologies accroît à son tour les débouchés sur le marché de l’emploi.

Un intérêt pour la poursuite d’études universitaires?

Un diplôme d’études collégiales en technologie de l’électronique donne également accès à l’université.
Depuis quelques années, plusieurs finissants du programme poursuivent des études en génie électrique, parfois en génie industriel ou en génie informatique.

L’École de technologie supérieure (ÉTS) est actuellement une destination très prisée, mais d’autres établissements et programmes sont également fréquentés par les diplômés.

Il est important de bien vérifier les préalables universitaires. Quelques cours de mise à niveau sont parfois exigés.

À l’inverse, des cours collégiaux peuvent aussi être crédités.

Pour une liste plus complète et plus précise des programmes universitaires accessibles et de leurs préalables respectifs, consultez annuellement le Guide pratique des études universitaires au Québec publié par le SRAM de même que le registraire de chacune des universités qui vous intéressent.

Le Cégep de Saint-Laurent offre également des services-conseils en orientation ainsi qu’en information scolaire et professionnelle.

De la même façon qu’un tissu est formé de fils de chaîne et de fils de trame, le programme est conçu selon des fils conducteurs (la chaîne) et des thèmes par session (la trame). Cette structure assure le maintien d’une cohérence longitudinale et transversale du programme.

Les fils conducteurs

Chacun des cours se situe dans la continuité par rapport aux cours des sessions précédentes et suivantes, le long d’un fil conducteur. Il utilise les techniques et les concepts développés dans le ou les cours précédents et il vous prépare à suivre les cours de la session suivante.

La voie de spécialisation Télécommunication est organisée autour de quatre fils conducteurs :

  • le traitement numérique de l’information
  • la propagation des ondes
  • les composants d’un système de télécommunication
  • les travaux manuels et techniques

Les thèmes par session

Chaque session est structurée en fonction d’un thème associé à une compétence particulière. Un cours sert d’agent intégrateur aux autres cours de la même session. Les connaissances et les habiletés acquises dans ces cours sont alors reprises dans le cours-charnière pour assurer l’intégration des apprentissages.

    • En première session, l’accent est mis sur l’accueil et l’intégration des élèves par une introduction à la technologie du génie électrique et à l’exercice de cette profession.
    • La deuxième session est axée sur une introduction globale à la technologie électronique moderne via trois volets : l’électronique analogique, l’électronique numérique et le logiciel.
    • Pendant les deux sessions suivantes, la formation s’organise autour des différents modes de traitement de l’information : les systèmes de télécommunication, les systèmes audio et vidéo, les systèmes ordinés.
    • En cinquième session, les cours propres à la voie de spécialisation Télécommunication débutent et sont orientés vers la caractérisation des composants. Le fonctionnement interne des systèmes de télécommunication est alors abordé en détail.
    • La sixième session est consacrée à la synthèse et l’intégration.

Alternance travail-études

En complément, vous pouvez recevoir votre formation dans le cadre d’un régime coopératif où alternent les études et le travail rémunéré. Ce régime est offert aux élèves qui répondent aux critères de sélection et en font la demande pendant la troisième session d’études. Les deux stages ont lieu après la deuxième année d’études.

Nous joindre

Renseignements

Renseignements sur le contenu du programme

Bernard Tremblay
Responsable de la coordination départementale
Bernard.Tremblay@cegepsl.qc.ca

Renseignements sur les conditions d’admission

Jacinthe Quevillon
admission@cegepsl.qc.ca

Cégep Saint-Laurent

Le cégep de Saint-Laurent est un établissement public d’enseignement collégial qui offre de la formation préuniversitaire et technique aux étudiants détenant un diplôme d’études secondaires (DES). Il offre aussi des services de formation continue aux adultes, aux entreprises et aux municipalités.