243.BA Internet et robotique

(243.BA Technologie de l’électronique)

  • CHEMINEMENT : Technique
  • INTÉRÊT : Sciences
  • Durée : 3 ans
  • NOMBRE D’HEURES : 2685
  • ADMISSION : Automne
Conditions d’admission

Répondre aux conditions générales d’admission.
Réussite des cours suivants :

  • TS ou CST de la 5e secondaire ou SN de la 4e secondaire.
  • ST ou ATS de la 4e secondaire.

Programme en bref

Le programme Internet et robotique vise à former des technologues en systèmes robotisés, en systèmes de communication de l’information et en systèmes d’objets connectés. Pour ce faire, les étudiants développent des compétences techniques en robotique (électronique ; programmation), en réseautique (réseaux de télécom, serveurs, programmation informatique) ainsi que leurs compétences numériques. Le programme mise également sur le développement de compétences humaines tel que la créativité, la résolution de problèmes, l’autonomie, la collaboration et la pensée critique. Les technologues formés au cégep de Saint-Laurent contribuent au développement du monde d’aujourd’hui et de demain.

Profil de sortie du programme

  • Le seul programme collégial combinant réellement l’électronique et l’informatique.
  • Académie Cisco : Une référence mondiale en réseautique. Notre laboratoire de réseau est le plus équipés au Québec.
  • Académie LabView : Une référence mondiale en programmation d’automatisation. Nous sommes la seule académie LabView du Québec.
  • Laboratoire de télécommunications par fibre optique.
  • Laboratoire d’électronique à la fine pointe de la technologie.
  • Les étudiants du programme Internet et Robotique sont suivis de près par le CMR (Coordonnateur des Mesures de Réussite) du programme. Celui-ci s’assure que les étudiants du programme ont tous les outils nécessaires à leur réussite et fait un suivi de chaque étudiant inscrit au programme. Si vous avez des difficultés dans vos cours spécifiques ou dans vos cours généraux, il est fort possible que le coordonnateur de mesure de réussite vous convoque afin de s’assurer que des mesures sont mises en œuvre afin de maximiser vos chances de réussite. Si vous avez besoin d’aide, qu’il s’agisse de motivation, de tutorat par les pairs, de soutien dans vos démarches personnelles, d’établir un contrat de réussite avec un professeur du département de TI, vous pouvez compter sur la disponibilité de votre CMR.
  • Coordonnateur des mesures de réussite : Bernard Tremblay, btremblay@cegepsl.qc.ca

Milieux de travail
Ta formation de technologue en Internet et robotique favorise le développement des compétences te permettant d’avoir accès à toute une panoplie de professions. Les technologies liées à l’électronique et à l’informatique sont présentes partout. L’industrie manufacturière, les entreprises de services, les organismes municipaux, scolaires ou gouvernementaux, les banques, les médias, les mines, les télécom, sont autant de secteurs ou tu pourras trouver un emploi selon tes intérêts. Les technologues peuvent fabriquer, installer, vérifier, entretenir, ajuster, gérer, concevoir, modifier ou produire des appareils ou des systèmes technologiques.

Études universitaires
Le diplôme d’études collégiales que tu obtiendras donne également accès à l’université.
Beaucoup de finissants du programme poursuivent des études en génie électrique, génie industriel, génie robotique, génie des technologies de l’information et en génie informatique. L’École de technologie supérieure (ÉTS) est actuellement une destination très prisée, mais d’autres établissements et programmes sont également fréquentés par les diplômés.

Galerie

Parcours de diplômés

En mission autour du monde…

Stéphane a commencé sa carrière en gagnant un prix au concours des Jeunes Inventeurs du Québec pour son appareil de contrôle dans le domaine des effets spéciaux au cinéma. Puis il a développé les fameuses serrures à cartes magnétiques utilisées dans les grands hôtels. Il est ensuite retourné à ses premières amours en concevant le premier appareil électronique certifié en Amérique du Nord pour la mise à feu des pièces pyrotechniques pour le domaine théâtral et cinématographique.

Il a eu la chance de travailler sur de nombreux véhicules, tant en Amérique qu’en Europe : des avions de surveillance militaires aux hélicoptères Bell, en passant par les Boeing 747. Il a aussi développé un système de guidage automatisé pour des véhicules miniers et contribué au développement de leurs systèmes de téléopération et d’autochargement.

Les studios de télévision!

Après avoir reçu son diplôme, Yvon est allé travailler comme technologue à TVA. Il a pris de l’expérience pendant plusieurs années, puis a décidé de profiter du virage numérique pour réorienter sa carrière, tout en restant dans le monde de la télévision. Il a participé à la création d’une nouvelle station de télévision et de nouveaux studios de télévision, participé à la conception de systèmes de mise en ondes, de systèmes de transmission haute définition et par Internet.

Dans le monde des espions

Après avoir obtenu son diplôme de technologue, François a travaillé au Casino de Montréal. Par la suite il a été engagé par la Gendarmerie Royale du Canada.  Pour pouvoir déjouer et répondre aux menaces qui pèsent sur notre société, la GRC et ses partenaires policiers ont besoin de renseignements exacts et opportuns sur les activités, les individus et les groupes criminels.  On vous laissera deviner ce que la GRC demande à un technicien en télécommunications !

La haute technologie

Après avoir terminé ses études de technologue, Laurent est entré à l’École Polytechnique pour obtenir son diplôme d’ingénieur.

C’est un ingénieur d’une rare polyvalence: il peut aussi bien optimiser un logiciel que concevoir un circuit numérique. À l’aise en analogique, circuits d’alimentation, logiciels de contrôle ou conception de circuits intégrés à application spécifique, il peut piloter un projet de conception de la prise électrique jusqu’au logiciel d’opération! Et, fait encore plus rare, il excelle dans chacun de ces domaines.

Si vous voyez passer la Station Spatiale Internationale, considérez qu’il a travaillé à la conception et à la mise en fonction de la machine qui en a inspecté les soudures ! Les machines de visions artificielles qu’il a contribué à réaliser ont inspecté des milliards de points de contact électroniques et sont fabriqués sur au moins trois continents. Son domaine, c’est la fine pointe de la technologie.  Il a participé à la conception de caméras permettant de prendre des milliers d’images par seconde.

Chez les Robots

Son choix de projet était révélateur. En effet, il a choisi d’améliorer les performances de notre plus gros bras robotisé.
Par la suite, il est allé à l’École de technologie supérieure (ETS) pour obtenir son diplôme en génie électrique. Pas encore rassasié de savoir, il a poursuivi ses études en faisant une maîtrise en génie électrique (Robotique – Informatique – Intelligence artificielle) au laboratoire de recherche Laborius de l’Université de Sherbrooke.
Il n’a pas eu le temps de terminer ce diplôme qu’il entreprenait rapidement un doctorat, toujours à propos des robots mobiles.
Parce qu’il a étudié en électronique au cégep de Saint-Laurent et au niveau universitaire à l’ÉTS, Carle a bénéficié de programmes coopératifs d’Alternance Travail-Études. Cela lui a permis de faire des stages rémunérés en avionique, en électronique d’édition vidéo, en conception pour la capture de mouvements pour les arts de la scène, en développement de logiciels et en programmation de circuits intégrés à application spécifique.

Nous joindre