145.C0 Techniques de bioécologie

  • CHEMINEMENT : Technique
  • INTÉRÊTS : Environnement, Sciences
  • Durée : 3 ans
  • PRÉALABLES :
    • TS ou SN de la 5e secondaire (ou mathématiques 436)
    • Chimie de la 5e secondaire (ou chimie 534)
    • Participer à la rencontre d’admission
  • INDICE DE contingentement : Moyennement contingenté
Ce programme pourrait recevoir plus de demandes qu’il n’a de places disponibles. Lorsque c’est le cas, la sélection des candidates et candidats se fait sur la base de la qualité du dossier scolaire.

Ce programme forme des scientifiques qui auront acquis une compréhension globale des écosystèmes, notamment à travers l’identification et la description de l’ensemble des organismes qui les compose et de leurs interactions avec leur milieu.

Bioécologie en trois mots

Diversité

En techniques de bioécologie, on s’intéresse de près à la nature et à tous les organismes vivants. Par exemple, on y fait des inventaires forestiers, de la caractérisation de cours d’eau et de littoraux marins, de la récolte d’algues, de planctons, de végétaux, d’insectes et d’invertébrés benthiques, on capture et mesure des amphibiens, des poissons, des oiseaux et des petits mammifères en plus d’étudier la microbiologie. Bref, on apprend que pour conserver et exploiter de façon rationnelle et durable les ressources naturelles, il faut développer des connaissances variées en écologie.

Environnement

Vous choisissez de vous intéresser à l’environnement et aux relations qui existent entre les organismes vivants et leur milieu lorsque vous choisissez Techniques de bioécologie. Vous serez en mesure d’étudier en laboratoire et en milieu naturel la complexité de ces interactions. De plus, vous développerez des connaissances sur les grandes problématiques environnementales et des compétences sur les indicateurs de toxicité. Aussi, vous apprendrez différentes techniques d’aménagement et de conservation de l’habitat.

Recherche

Au sein du programme Techniques de bioécologie, vous découvrirez le domaine de la recherche autant en laboratoire qu’en milieu naturel : échantillonnage, caractérisation, analyse, contrôle de qualité, bonnes pratiques de laboratoire, élevage. Vous étudierez également dans des installations récemment rénovées munies d’équipements de pointes ainsi que dans une animalerie conforme aux normes du Conseil canadien de la protection des animaux (CCPA). Finalement, lors de votre dernière année d’étude, vous aurez la chance de réaliser un projet de recherche personnalisé permettant d’appliquer les notions acquises via la démarche scientifique.

Le programme

Les cours

  • 6 cours terrain avec sorties en milieu naturel
  • 4 cours en écologie et environnement
  • 3 cours de microbiologie
  • 5 cours sur le règne animal
  • 3 cours sur le règne végétal
  • 3 cours de chimie
  • 5 cours de méthodologie et de recherche

De plus, vous effectuerez un stage de 5 semaines en milieu de travail au cours de votre dernière session d’études. Les stages peuvent être effectués dans tous les secteurs d’activité reliés à la bioécologie, que ce soit: sur le terrain, en laboratoire, avec les animaux, avec les plantes ou les champignons, dans des centres de recherche, en animation, etc. 

Les finissants et finissantes en techniques de bioécologie ont la chance de concevoir et de réaliser un projet de recherche en biologie et ce, sur le sujet de leur choix : écologie, écotoxicologie, environnement, microbiologie, production végétale, etc. Les cours Initiation à la recherche 1 et 2 leur permettent ainsi de passer à travers toute la démarche scientifique, de l’élaboration de la problématique et du protocole expérimental, jusqu’à la présentation des résultats, en passant par le traitement et l’analyse des données.

Les cheminements

International

Il est possible de faire son stage de fin d’études à l’international, par exemple au Belize, à l’Île de la Réunion, au Mexique ou au sein de plusieurs villes en France. Il est également possible de faire un voyage au Belize, au sein d’un projet en collaboration avec le programme Technologie de la géomatique du collège Ahuntsic et le partenaire international T.R.E.E.S, qui permet aux participants de réaliser leur projet de recherche final.

Passages DEC-BAC

Grâce à des ententes DEC-BAC et d’autres types d’entente, il est possible de se faire créditer jusqu’au une année de cours de niveau universitaire (baccalauréat) dans un domaine connexe pour les diplômés de Techniques de bioécologie. Informez-vous auprès des universités qui vous intéressent.

Perspectives d’avenir

Les diplômés et diplômées du programme Techniques de bioécologie poursuivent leurs études à l’université ou accèdent directement au marché de l’emploi. Les principaux milieux de travail auxquels ils ont accès sont:

%

Taux de placement

  • Pourvoiries et parcs
  • Centres de recherche
  • Établissements scolaires
  • Centres d’interprétation
  • Organismes gouvernementaux
  • Etc.

Envie d’essayer? Inscris-toi à l’activité
Étudiant d’un jour!

Ton choix est fait?

* Vous devez répondre aux conditions générales d’admission.

La rencontre d’admission

Le processus d’admission au programme Techniques de bioécologie comprend une rencontre obligatoire. Si votre demande d’admission (que vous soumettez via le SRAM) est retenue, vous recevrez une invitation par courriel à la rencontre. Votre participation est obligatoire et constitue une étape importante en vue de votre admission au programme.

 

En quoi la rencontre consiste-t-elle?

La rencontre se fait en quatre étapes:

  • Séance d’information sur le programme
  • Passation d’un questionnaire sur votre motivation et votre opinion sur des sujets liés aux activités du programme
  • Participation à un groupe de discussion animé par un membre de l’équipe enseignante
  • Discussion et questions avec la coordonnatrice du programme et des étudiantes et étudiants actuels du programme

Suite à cette rencontre, vous recevrez votre réponse d’admission officielle quelques semaines plus tard.

Centre d’aide en bioécologie

Le centre d’aide du programme Techniques de bioécologie permet de soutenir les étudiants et les étudiantes qui le désirent. Ce soutien peut prendre différentes formes selon les besoins: tutorat, midi thématique, jumelage ou rencontre individuelle.

Découvrez l’équipe qui vous enseignera

Témoignages de diplômés

Technicien de la faune – fauconnier

Alexandre St-Louis (2011)

Alexandre a manifesté son intérêt pour les oiseaux de proie dès son admission dans le programme. Pendant son stage de fin d’études, il a reçu son permis d’apprenti fauconnier. Après une année de travail avec les oiseaux de proie, il a obtenu son permis de fauconnier. Un apprenti ne peut posséder qu’un seul oiseau de proie, contrairement au fauconnier confirmé. Le permis, renouvelable annuellement, est nécessaire pour travailler avec les oiseaux de proie. Alexandre a été embauché par l’entreprise à la suite de son stage et il y travaille toujours.

« Ce que j’aime le plus de mon travail, c’est la connexion avec la nature. Je travaille en équipe avec mon oiseau et je tente de lui donner l’avantage sur ses proies. »

Entomologiste

Étienne Normandin-Leclerc, MSc. (2009)

Passionné d’entomologie depuis son tout jeune âge, Étienne a su se démarquer dès ses débuts en étant tuteur pour la collection entomologique. Suite à l’obtention de son diplôme, il a poursuivi ses études au baccalauréat à l’Université du Québec à Montréal, puis à la maîtrise en entomologie, offerte en collaboration entre les universités Laval et McGill.

Très bon vulgarisateur, Étienne a fondé sa propre entreprise AnimaNature, qui propose des animations pour sensibiliser les gens à l’environnement et aux petites bestioles. L’entrepreneur a aussi fondé Walter et Wallace, une boutique en ligne d’articles liés à l’entomologie et, avec un associé, La Ferme d’insectes, qui fait la promotion de l’entomophagie. Présentement, Étienne travaille comme coordonnateur de la collection d’insectes de l’Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal.

« J’ai toujours voulu ressembler à Georges Brossard. Un entomologiste connu et influent comme lui, ça m’a toujours fasciné. Personne ne pourra le remplacer, mais j’aspire à devenir un entomologiste accompli et une référence au Québec par mes implications dans plusieurs sphères du domaine et par ma passion contagieuse. »

Éducatrice et vulgarisatrice

Marie-Andrée Hunter (2006)

Après son stage, Marie-Andrée a été embauchée au zoo de Granby. Son travail consiste à sensibiliser le public à la conservation des animaux. Elle a élaboré des programmes éducatifs pour le grand public et pour des clientèles particulières. Elle a travaillé sur différents projets comme les camps de ZooRRRRR du Zoo de Granby, ainsi que l’activité Zoo la nuit. De plus, elle est mandatée pour les programmes d’entraînement et d’enrichissement des animaux ambassadeurs (animaux qui servent à la sensibilisation auprès du public).

Très bonne vulgarisatrice, Marie-Andrée a participé à différents tournages comme 100% Animal et La vie en Estrie, ainsi qu’à des reportages dans des journaux tels que La Voix de l’Est et Le journal de Chambly et la revue Animal.

« Les enseignants sont passionnants et passionnés. Ils m’ont donné le goût d’accroître mes connaissances, mais surtout de partager mon savoir! C’est sans aucun doute beaucoup grâce à eux si aujourd’hui, c’est aussi mon rôle de sensibiliser et de donner le goût d’en apprendre toujours plus aux jeunes et moins jeunes ! »

Technicien en travaux pratiques

Sylvain Bouchard (2004)

Après avoir exploré d’autres domaines d’étude et avoir été sur le marché du travail, Sylvain a décidé de faire un retour aux études et de le faire dans un domaine qui le passionne : la biologie. Sylvain fait partie de la première cohorte finissante du cégep de Saint-Laurent. Dès qu’il a reçu son diplôme, il a été engagé comme technicien en travaux pratiques au sein de notre équipe. Étant bien enraciné dans la région de Montréal, il est heureux de faire partie du personnel du programme, puisque cela lui permet d’effectuer plusieurs activités en milieu naturel. Il apprécie particulièrement l’aspect social de son travail et le lien professionnel qui le lie aux étudiants et aux autres membres de l’équipe.

« Ce que j’ai apprécié le plus de mon passage comme étudiant au cégep de Saint-Laurent est l’esprit de famille qui existe entre les étudiants, les enseignants et les techniciens. »

Technicienne en andrologie (procréation assistée)

Marisa Snopek (2011)

Marisa a d’abord travaillé pendant deux ans comme analyste en chimie de l’environnement. Aujourd’hui, elle travaille toujours en laboratoire dans une clinique de procréation assistée, où elle détermine le potentiel reproducteur de l’homme. Grâce à sa grande qualité de technicienne, elle n’a mis que deux ans à devenir technicienne senior et responsable du département d’andrologie. Elle aime de son travail la diversité des opérations et les manipulations, ainsi que l’autonomie qu’il lui permet. Elle apprécie surtout la résolution des problèmes et l’identification d’erreurs potentielles lorsque les expériences ne fonctionnent pas.

« La compétence et le dévouement des enseignants sont certainement les choses qui m’ont le plus marquées durant mes études au cégep de St-Laurent.»

Agronome

Valérie Prémont, MSc (2008)

Après l’obtention de son diplôme technique, Valérie s’est inscrite au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval. Grâce à une entente DEC-BAC entre le cégep de Saint-Laurent et l’Université Laval, plusieurs cours de la technique lui ont été crédités, ce qui lui a permis d’obtenir son diplôme en trois ans plutôt que quatre ans. Valérie a ensuite entrepris des études au deuxième cycle à la maîtrise en sols et environnement (diplôme obtenu en 2015).

Elle travaille dans le domaine des produits horticoles destinés au marché domestique. Coordonnatrice des affaires réglementaires, Valérie monte les dossiers pour l’homologation des produits et participe au développement de nouveaux produits. Elle s’assure que les produits respectent la réglementation en vigueur, notamment en révisant les étiquettes des produits. De plus, elle est parfois appelée à rédiger des protocoles et à effectuer le suivi de certaines expériences.

« Même si je fais peu de travail en laboratoire, mes connaissances acquises en bioécologie me sont utiles pour comprendre et analyser les rapports que je reçois. »

Actualités du programme

image Partenariat avec l’Université de Corse: Nancy Gagné, enseignante en bioécologie, en mission là-bas

C’est à la suite d’un partenariat d’une dizaine d’années que Nancy Gagné, enseignante en Bioécologie, a fait un séjour...

image La Fondation remet 3 500 $ en bourses d’encouragement!

La Fondation du cégep de Saint-Laurent a remis ses bourses d’encouragement en début de session!

image Josyane Brouillard, étudiante en Bioécologie, remporte la deuxième place au concours des Prix étudiants de l’ARC

Pour une 13e année consécutive, le cégep de Saint-Laurent s’est démarqué lors du concours des Prix étudiants de...

Nous joindre

Renseignements

Information sur le contenu du programme

bioecologie@cegepsl.qc.ca

Information sur les conditions d’admission

admission@cegepsl.qc.ca


Coordonnatrice du programme
Lyne Duhaime
lduhaime@cegepsl.qc.ca

Coordonnateur du département
Denis Lachance
dlachance@cegepsl.qc.ca

Coordonnatrice des mesures de réussite
Katryne Lachance
klachance@cegepsl.qc.ca

 

Départements